Godflesh

Godflesh
Si Black Sabbath renaissait sous la forme d’un groupe d’indus, il sonnerait très probablement comme GODFLESH. Il n’est pas surprenant de constater que les deux groupes proviennent du même terreau : l’industrieuse Birmingham. Bien que GODFLESH ait vu passé un certain nombre de musiciens dans ses rangs, son leader incontesté reste le chanteur et guitariste Justin K. Broadrick, présent depuis la création du groupe.

Le heavy metal et les expérimentations kraut et plus isolées (le fameux « Heavy Metal Machine » de Lou Reed, les Allemands de Can…) ont eu une profonde influence sur le jeune musicien qui a toujours figuré à l’avant-garde des musiques de son temps. Justin K. Broadrick fonde Final à l’âge 13 ans, puis rejoint Napalm Death deux ans plus tard, groupe qui allait rapidement poser les jalons de la déferlante grindcore. Après l’incartade Head of David (1986-88), un nouveau projet musical naît, à la marge, extrémiste, au son qui allait traumatiser une génération de metalheads et bien au-delà : GODFLESH.
En s’adjoignant les services de Ben C.G. Green à la basse – avec qui il joue déjà au sein de Fall of Because – et d’une boîte à rythmes bon marché (plus tard remplacée par un humain(?), Ted Parsons), Justin fonde en 1988 l’entité froide et écrasante GODFLESH qui publie la même année l’EP du même nom et deux ans plus tard la matrice de l’indus metal : « Street Cleaner »Encore considéré aujourd’hui comme l’album le plus heavy de tous les temps par certains médias spécialisés, ce premier album pose les bases d’un metal flippant à bien des égards : martial, inhumain, glacial, d’une dureté rare et d’une lourdeur absolue, la violence musicale atteint avec ce premier LP une sphère qui lui était jusqu’alors fermée.
Tout au long des 90s, GODFLESH publie des albums et EP enregistrés au Avalanche Studio (en fait la cave de Justin) devenus incontournables : « Songs of Love and Hate » , « Pure », « Us and Them »… une décennie qui aboutit au sublime « Hymns » en 2001, après une période trouble qui voit le départ de Ben C.G. Green remplacé par l’ex-Prong et Killing Joke Paul Raven.
GODFLESH se sépare peu de temps après son septième album, qui insufflait une émotion nouvelle pour le groupe et s’achevait sur le prémonitoire « Jesu » de treize minutes, titre qui augurait l’émergence d’un nouveau projet passionnant.
De Rammstein à Isis en passant par Fear Factory, Blut Aus Nord ou Meshuggah, GODFLESH a laissé sur toute une génération de musiciens une empreinte indélébile qui fait toute l’actualité du son du groupe lorsqu’il se reforme en 2009 autour de Justin K. Broadrick et Ben C.G. Green. Le groupe entame alors une série de concerts triomphaux, notamment au Hellfest 2010 et au Roadburn 2011, qui réaffirment le savoir-faire de la paire Justin K. Broadrick/Ben C.G. Green et l’importance de l’impact de GODFLESH sur la scène des musiques lourdes.
En 2014 le duo revient avec un nouvel album « A World Lit Only By Fire », treize après leur dernier disque, toujours aussi suffocant et noir de désespoir, un savoir-faire intact à une époque nouvelle.
UK
Avalanche

Catégorie

  • Noise/Metal
  • Disponibilités

    Pas de tournée prévue pour le moment

    Territoire

    France

    Agent

    Melaine Bricet

    Roster